Oswaldo Preciado, tailleur

9 janvier, 2019

Pour l’amour des vêtements

Oswaldo Preciado aurait aimé apprendre le métier auprès de tailleurs d’expérience, mais c’est à l’École de métiers des Faubourgs-de-Montréal qu’il a suivi une formation en confection de vêtements. «Les tailleurs ne prennent pas d’apprentis et ils se plaignent que leur métier va disparaître, souligne le jeune homme de 34 ans.

Quand on leur propose de suivre un stage auprès d’eux, même sans rémunération, ils refusent.

C’est dommage. J’aime davantage apprendre en pratiquant.» Il a tout de même assisté à ses cours avec enthousiasme. «Je suis vraiment contre le système de fast fashion qui pollue beaucoup, qui n’a aucun sens et qui est trop éphémère, alors j’ai décidé d’apprendre à faire des vêtements moi-même. J’adore ça.»

Travaillant actuellement chez Simons, le jeune homme a également des contrats en privé. «Peu à peu, je vais bâtir ma clientèle.

Les gens ne sont plus habitués à faire confectionner leurs vêtements. Avant, ils appréciaient davantage leurs morceaux et en prenaient soin.» Avec le temps, il souhaite aussi se spécialiser dans la confection de complets.